BangBang : bangbangblog.com

LE BLOB

Les Francouvertes : Demi-Finales Jour 2 (Canailles, oh my)

Kristof G
13 avril 2011

On gambada jusqu’au chic Lion d’Or accompagné d’une plus que clémente et printanière température. Ça rend heureux le soleil découvert, les degrés en crescendo et la musique fraiche des Francouvertes, t’sais.

Canailles. Wow. Quelle belle et bigarrée troupe. Tant d’énergie transpirant d’authenticité, concentrée dans un ensemble bourlinguant du bluegrass teinté de country et d’épices cajun, que n’aurait pas détesté le grand Tom Waits (ni Dany Placard). Hier soir, à peine débarqué d’un trip apparemment bien arrosé en Abitibi (ça sentait la broue et le whisky en maudit), notre octet bisexué – 4 filles pour autant de gars – semblait n’avoir qu’un but : avoir du tout plein de fun avec vous, chers amis.

Des chœurs en joual joyeux gueulés ou chantés à l’unisson, une planche à laver sympathique, du dynamique violon, tout plein de cordes (banjo, mandoline, slide guitare, contrebasse), de l’accordéon… bref, une parfaite instrumentation. Y’avait même un fond de punk enjoué (un peu comme Gogol Bordello et surtout Hank III, yo). Des Canailles incroyablement authentiques, dont on peut supposer doté d’âmes écorchés, ne vivant que d’intensité, de musique et de party. Coup de foudre instantané.

Incluant Benjamin Proulx-Masters, qui s’activait joliment au sein des non-actifs Caniche Hara-Kiri. Mention à l’incandescente et encrée Daphnée Brissette, à sa voix singulière et à sa folle fougue d’hier soir.

Quant au groupe parallèle de Luc Brien des Breastfeeders, Le Kid et les Marinellis, ils n’ont hélas pas livré le concert de leur carrière. Après leur cool numéro en première ronde, le Kid n’a hélas pas semblé en super forme, surtout dans ses interventions au micro. Pas qu’on n’aime pas leur  rock yéyé à la Dutronc (et Madame, anyone?), loin de là. Bien monté et correctement livré.

Cependant, le fait de se foutre en bobette en plein milieu du show a semblé un poil trop calculé, pas assez spontané. Sympa et tout de même très fun, mais trop cabotin pour ne pas rester anodin.

Quant à la formation Les Incendiaires, on fut admirablement surpris pas rockeurs discrets, qui se sont avérés être de véritables trippeux de vieil alterno.

Les claviers nous renvoyaient à The Cure, les petits riffs à The Clash, la grosse basse funky à The Police, leur chanteur à Indochine et visuellement à Joy Division… le tout mis dans un mélangeur pour nous donner de l’indie (post)rock à saveur funky pop ultra homogène, accrocheur et réellement rafraichissant.

Suite demain, pour le 3e tiers des demi-finales. Tension, attention, comme disait l’autre.

PHOTOS: Kristof G.

Un commentaire

LE BLOB

Kristof G

Exilé du Saguenay, Kristof G. est un reporter, mais surtout un spectateur, que ce soit de shows hauts en couleur (de musique qui rap’, qui frappe ou qui décape), d’expositions d’art fonceur et/ou racoleur et de films d’horreur comme d’auteur… bref, de tout ce fait vibrer cet authentique rêveur (et parfois ‘gameur’), qui critique et rime – en crime – sans reproche ni peur.