BangBang : bangbangblog.com

LE BLOB

Les Revenants : Country authentique

Kristof G
16 septembre 2010
Les Revenants : Country authentique

Réglons donc ça tout de suite : Les Revenants, ce n’est pas un énième groupe de psychobilly, malgré ce nom à consonance horrifique. Y’a pas de zombies, ni de vampires ici. On a toutefois affaire à une belle bande de rockeurs authentiques. Condensé d’une entrevue fleuve joliment arrosée, lors de laquelle on a jasé de tout, de rien et de country.

Y reviennent d’où, au juste?

De Rouyn – mais on y reviendra un peu plus loin. On a donc rencontré Jimmy et Roland dans un petit bar sur la main, afin de savoir comment tout a commencé. En fait, ce n’est pas très compliqué. « Ça fait deux ans que les compos existent; quand j’ai quitté les Prostiputes [en 2008], mon plan c’était de faire des compos folk, électrique, en français, de le faire simplement, mais amoureusement », avoue Jimmy, principal compositeur des Revenants. « À un moment donné, Roland, avec qui je travaille, m’a demandé si je voulais aller enregistrer mes affaires chez lui; puis la première chose que je savais, c’est qu’il était en train de m’accompagner à la contrebasse », renchérit celui qui grandit en Beauce, en écoutant pas mal de vieux country et de rock n’roll.

« C’était du bonbon d’entrer là-dedans – et je le dis avec beaucoup d’humilité;  c’est roots, tu rentres vraiment  dans le cœur de la musique folk (…) donc je ne pouvais faire autrement que d’aller revisiter ça à la contrebasse », avouait Roland, guitariste de formation, qui a aussi tâté la basse et le clavier il y a plusieurs années. La barbe blanche du multi-instrumentiste – et le fait qu’il a ouvert pour INXS dans les années ’80 – trahit sa fonction de doyen du groupe. À les entendre parler, les gars aiment tous deux leur rock – qu’il soit classique, garage ou psychédélique – au moins autant que leur country et leur folk. Des véritables mélomanes. À ce duo de chanteurs à cordes, s’est rapidement ajouté un deuxième guitariste, en la personne de Félix B. Desfossés, leader des Prostiputes. Quant à Frédéric Lamoureux, leur batteur, il a été recruté suite à un show à L’Esco (le groupe n’avait initialement pas de percussion).

Quand le soleil…

Quand on lui jase de country, Jimmy déplore l’approche ironique qu’ont trop d’artistes d’ici : « Moi, je trouve que des fois le country au Québec, c’est comme comique… mais c’est pas comique, c’est des chansons graves, même si c’est chanté avec une certaine candeur, une certaine innocence, c’est très sincère; Les Revenants dans le fond, j’pense que c’est un mix de ça : des chansons folk, électriques, sincères, qui parlent des vraies affaires : de mort, d’amour, de jalousie, de cuisine (…) mais l’important, c’est qu’à un moment donné, y’a une passe de fuzz ».

« On est un band de cordes et on dirait qu’on n’a pas écouté de radio depuis 40 ans », laissa tomber Jimmy – faisant spontanément éclater de rire Roland – avant d’ajouter que « la dernière fois qu’on a entendu la radio, c’était en ’69, juste avant que Clapton « câlisse » son camp de Cream pis qu’il se mette à jouer d’autres mardes… », encapsulant ainsi en quelques phrases leur musique qui s’inscrit selon lui dans une tradition. « La musique c’est de l’âme, c’est des cordes, c’est des doigts…» ajoutera Roland, quelques pintes plus tard, lorsqu’interrogé sur la musique des années ’80 et ses claviers surdimensionnés et surutilisés.

Une virée en Abitibi et un mini

C’était la première fois au FME pour Roland (qui a adoré l’accueil), mais Jimmy n’en était pas à son premier passage au FME : « ouais, quand j’étais dans les ‘Putes, en 2007, j’ai joué au Petit Théâtre (…) vraiment une belle salle ».Mais, cette fois-ci, c’était spécial. Comme Félix est Rouyn-Norandais et que les ‘Putes y sont connues, dire que les Revenants étaient attendus lors de leur passage au FME relèverait de l’euphémisme. Leur concert au Cabaret de la Dernière Chance (« c’est petit, c’est chaud, le public a le goût de musique », dixit Roland) affichait complet. 22 compos, plus quelques reprises, plus d’une heure de concert et ben du fun noir. Les festivaliers ont même eu droit à une reprise de la pièce « Jackson » du duo Cash-Carter, en compagnie de la chanteuse folk de Val d’Or Chantal Archambault.

Ce show au FME était en quelque sorte le pré-lancement de leur mini-album, pur produit indépendant, simplement intitulé Premier EP. Les cinq chansons (dont une instrumentale) furent enregistrées live et mixées en deux jours par et au studio de Nicolas Moussette d’Avec Pas d’Casque. Cette première parution sera officiellement lancée ce soir et comme ils ont déjà 22 compos dans leur répertoire, attendez-vous à vous coucher un ti-peu tard. Combien on gage que leurs concerts, comme leurs entrevues, donnent envie de boire?

myspace.com/lesrevenants

Lancement du mini-album ‘Premier EP’ à la Sala Rossa,  jeudi le 16 septembre, 21h, avec Lil’Andy. Aussi au Gymnase, vendredi le 24 septembre, 19h30.

Pas encore de commentaire.

LE BLOB

Kristof G

Exilé du Saguenay, Kristof G. est un reporter, mais surtout un spectateur, que ce soit de shows hauts en couleur (de musique qui rap’, qui frappe ou qui décape), d’expositions d’art fonceur et/ou racoleur et de films d’horreur comme d’auteur… bref, de tout ce fait vibrer cet authentique rêveur (et parfois ‘gameur’), qui critique et rime – en crime – sans reproche ni peur.